Discover PlayDecide. Download games, prepare, play. GET STARTED

Les cellules souches

Choose your language

PlayDecide games may be available in multiple languages

Play the game

Download, prepare, discuss & collect results.

SIGN INRegister

Introduction

Les cellules souches sont les cellules "originelles" du corps humain et peuvent avoir une des deux fonctions suivantes. Elles peuvent soit simplement se reproduire, soit produire d'autres types de cellules. L'embryon très précoce contient des cellules souches qui se spécialisent lentement pour produire toutes les cellules du corps.

L'importance des cellules souches sur le plan médical

Author / translator

Introduction

Les cellules souches sont les cellules "originelles" du corps humain et peuvent avoir une des deux fonctions suivantes. Elles peuvent soit simplement se reproduire, soit produire d'autres types de cellules. L'embryon très précoce contient des cellules souches qui se spécialisent lentement pour produire toutes les cellules du corps.

L'importance des cellules souches sur le plan médical

Les cellules souches prélevées sur des embryons ne seraient pas directement injectées dans l'organisme de l'adulte car elles risqueraient de continuer de se reproduire et de devenir cancéreuses. Cependant, elles peuvent être activées dans des conditions spéciales en laboratoire pour se transformer (en principe) en n'importe quel type de cellule du corps humain. Cela permettrait de disposer d'une source de cellules destinées à remplacer celles qui ne peuvent généralement pas être remplacées une fois qu'elles sont endommagées, comme les cellules cardiaques et nerveuses.
Prenons le cas d'un patient souffrant d'une lésion à la moelle épinière. On pourrait aider ces cellules à se rétablir si des cellules nerveuses étaient injectées dans la moelle épinière. Les cellules nerveuses pourraient également être à même de ralentir, voire de stopper la maladie de Parkinson. Les cellules pancréatiques pourraient permettre de maîtriser le diabète, etc…Le potentiel est évidemment énorme, mais à cette phase initiale de la recherche, il est difficile de savoir dans quelle mesure ces espoirs déboucheront véritablement sur des traitements viables. L'utilisation d'embryons par ce moyen est également très controversée.

Created 8 September 2010
Last edited 19 September 2018
Topics Ethics, Health, Science
Original English

Policy positions

Policy position 1

La recherche sur les cellules souches doit être effectuée seulement sur des cellules souches adultes ou de sang de cordon ombilical.

Policy position 2

Tout comme les cellules souches adultes ou de sang de cordon ombilical, la recherche peut également utiliser des cellules souches d'embryons surnuméraires de moins de 14 jours qui seraient sinon supprimés.

Policy position 3

En plus de la prise de position 2, la recherche sur les cellules souches peut être effectuée à l'aide d'embryons créés spécialement par FIV pour la recherche.

Policy position 4

En plus de la prise de position 3, des embryons peuvent être clonés pour la recherche sur les cellules souches.

Story cards

Thumbnail

Anna Fitzgerald est chercheur dans le domaine des cellules souches pluripotentes induites. Elle croit en la reprogrammation des cellules et estime que les traitements à base de cellules souches joueront un rôle crucial dans le traitement de nombreuses pathologies graves. Mais la route à parcourir avant la mise en place de tels traitements est encore longue, aussi estime-t-elle que nous ne devrions pas nous précipiter dans les essais cliniques. Elle mesure également l'ampleur des ressources à mobiliser pour ouvrir ces traitements au plus grand nombre à des prix raisonnables. Elle souhaite que sa recherche profite à tous et non à un petit groupe de patients suffisamment fortunés pour bénéficier de traitements de pointe.

Anna Fitzgerald
Thumbnail

Mme Liz Hopeful, mariée depuis 5 ans, souhaiterait avoir des enfants, mais cela ne fonctionne pas. Elle a donc commencé, avec son mari, un traitement par FIV. Le premier cycle du traitement a échoué, mais ils disposent encore de 6 embryons en conservation à froid. Tous ont des noms. Sur l’un des formulaires, il leur est demandé s’ils sont prêts à donner certains des embryons obtenus par le traitement par FIV à la recherche sur les cellules souches. L’idée que des embryons feraient l’objet d’une expérimentation horrifie Liz.

Mme Liz Hopeful
Thumbnail

Père O’Reilly, prêtre catholique, voit beaucoup de souffrances dans le monde et dans son propre pays et ressent une profonde compassion. Cependant, fidèle à l’enseignement de l’église, il est d’avis qu’un embryon humain est une vie sacrée dès la conception. Cela signifie qu’il est impossible d’accepter n’importe quel type de recherche sur les embryons. Des expériences ne devraient être réalisées que sur des cellules souches obtenues à partir du sang du cordon ombilical. Il pense que les scientifiques ne s’intéressent pas aux lois spirituelles et devraient être guidés par ceux qui le font.

Père O’Reilly
Thumbnail

Je m'appelle Áron Sárallyai. Je suis âgé de 23 ans et suis un cursus universitaire. Né avec une déficience immunitaire héréditaire, j'ai souffert de nombreuses pathologies complexes tout au long de ma vie. Mon état de santé a empiré ces dernières années, au point d'en devenir critique. Le seul traitement qui m'a aidé est celui de la thérapie cellulaire. J'ai reçu des cellules souches d'un donneur, envers lequel je ne saurais assez exprimer ma reconnaissance. Un processus indolore pour lui comme pour moi. Grâce à ce don de cellules, mon système immunitaire fonctionne de la même manière que celui du donneur. J'ai aujourd'hui cette chance d'être en bonne santé.. Je suis pour la thérapie cellulaire, fondée sur les dons de cellules souches de donneurs adultes et bénévoles, car elle permet de surmonter des maladies graves. J'exhorte toutefois à la plus grande prudence. Ce n'est pas une solution miracle, mais moyennant les précautions nécessaires, cette thérapie peut aider nombre de patients.

Áron Sárallyai
Thumbnail

M. Grant Cameron dirige l’une des principales équipes de recherche sur les cellules souches de l’embryon. Il est perturbé par ce qu’il voit face à l’appel émotionnel flagrant des personnes opposées à la recherche sur l’embryon. Il n’est pas rationnel d’imputer le statut moral humain à ce qui n’est qu’un amas de cellules à ce stade très précoce de son développement. Dans des présentations médiatiques, il appelle à un débat intelligent et rationnel. Comment certains peuvent-ils nier un remède pour tant de personnes? Il pense qu’il est scandaleux d’entraver la voie de cette recherche qui pourrait fournir des remèdes à ces maladies débilitantes.

M. Grant Cameron
Thumbnail

Janice Fortune a été chef d’entreprise toute sa vie. Elle crée une société en vue de créer des cellules souches humaines, destinées à la recherche et à l’éventuelle pratique clinique. S’occupant de personnes malades, elle est consciente des questions d’ordre éthique, mais sa première préoccupation est la façon de gérer une société viable lorsque l’énorme espoir en matière de cellules souches pourrait être dans 10 ans. Si les embryons semblent pouvoir fournir les résultats les plus rapides, si les cellules d’adules semblent être les meilleures, elle optera pour cette voie.

Janice Fortune
Thumbnail

Ted Murdoch, âgé de 50 ans, fait une carrière satisfaisante. Proche de sa famille, il a hâte de prendre éventuellement sa retraite. Cependant, on lui a diagnostiqué la maladie de Parkinson et il commence à perdre certaines aptitudes fonctionnelles. Cette maladie l’effraie. Il mourra lentement et causera probablement beaucoup de souffrance à sa famille. Il ne veut pas être un fardeau. Il a entendu parler des cellules souches comme éventuel remède et pense que cela pourrait sauver des personnes comme lui. Il devient un partisan convaincu de la recherche sur les cellules souches d’embryons. Ensemble, ils doivent combattre la maladie.

Ted Murdoch
Thumbnail

Amanda est une jeune biologiste spécialisée dans la biologie cellulaire et travaille dans un institut de recherche leader en matière de cellules souches. Des régulateurs gouvernementaux ont récemment licencié son chef pour avoir fait usage d’embryons clonés, produits au moyen d’un échantillon de sang prélevé sur un patient atteint d’une maladie neuromotrice. Des cellules souches seraient prélevées sur ces embryons pour créer une réserve de cellules présentant la maladie. Amanda a des craintes concernant la création d’embryons destinés uniquement à la recherche. Elle est préoccupée par le fait que des scientifiques non-conformistes puissent utiliser les résultats pour essayer de produire des bébés clonés. Le projet est spéculatif, mais pourrait permettre de réelles découvertes en termes de connaissance d’une maladie terrifiante. Elle lutte pour essayer de savoir où elle se situe.

Amanda Prentice
Thumbnail

Zed appartient au mouvement transhumaniste. Pour lui, la médecine régénérative faisant appel aux cellules souches n’est qu’un objectif à court terme. Il s’attend à une convergence de la recherche sur le clonage, en génétique, sur les cellules souches, en cybernétique et en nanotechnologie, ce qui devrait permettre des changements permanents en matière de génétique humaine et bien plus… Ces développements permettront non seulement d’éliminer les maladies génétiques, mais également de réaliser des améliorations. Nous pourrions développer notre intelligence, accroître nos capacités sensorielles, augmenter notre endurance et maîtriser le vieillissement. Il rejette notre étroitesse d’esprit religieuse et éthique actuelle. Nous devrions prendre notre destin humain en mains. Toute réglementation risque de nous empêcher d’admettre ce destin.

Zed Omega
Thumbnail

Le Dr Sharon Taylor est chirurgien. Elle reçoit fréquemment des patients paralysés suite à de graves lésions de la moelle épinière. Elle se tient informée des dernières avancées et est désireuse d'essayer les technologies les plus récentes. Néanmoins, elle est préoccupée de voir les cellules souches souvent présentées comme un traitement miracle. Elle est soumise aux demandes pressantes de patients et de familles désireux de tenter à tout prix une transplantation de cellules souches. Or elle sait que ces traitements n'ont pas encore été suffisamment testés et que les essais cliniques commencent juste. Elle n'est pas disposée à recourir aux cellules souches tant que des traitements sûrs et efficaces ne seront pas en place, mais craint que des patients désespérés ne se tournent vers des personnes peu scrupuleuses, prêtes à leur faire prendre des risques à des fins lucratives.

Dr. Sharon Taylor

INFO CARDSISSUE CARDS

Un grand potentiel

Si le potentiel des cellules souches d’embryons peut être exploité et des opposants ne nous en empêchent pas, nous avons le potentiel pour traiter de nombreuses maladies actuellement incurables.

La vie

Quand commence la vie humaine?

Qu’est-ce qu’un embryon?

Quel statut devrions-nous donner à un embryon de 14 jours :
• un simple amas de cellules ;
• un être humain potentiel ou en cours de développement ;
• un humain à part
entière?

Justification pour la recherche

La perspective de traiter des maladies actuellement incurables justifie-elle suffisamment la recherche sur les cellules souches au moyen d’embryons
humains?

Un échange éthique

Est-il immoral de poursuivre la recherche sur les cellules souches d’embryons parce qu’il n’est pas acceptable de détruire une nouvelle vie, même pour sauver la vie d’une personne malade?

Quelles valeurs morales?

Devrions-nous savoir quelles décisions prendre pour le monde, dans lequel nous souhaitons vivre et ne pas être limités par de vieilles valeurs morales?

Science et valeurs humaines

Devrions-nous veiller à ne pas sacrifier profondément les valeurs humaines fondamentales sous la pression des innovations scientifiques?

Quel usage des embryons est justifié?

Est-il immoral de créer des embryons simplement pour la recherche sur les cellules souches, mais correct d’utiliser des embryons en surplus, provenant de la FIV ou de la sélection d’embryons qui seraient autrement détruits?

Machines à pièces détachées?

Si nous créons des embryons simplement pour les utiliser comme source de cellules souches, est-ce traiter des embryons comme une ressource pour obtenir des pièces détachées?

Autres questions relatives à la grossesse

Devrions-nous permettre la FIV (fécondation in vitro ou bébés ‘éprouvette’) ou la DPI (sélection d’embryons afin d’éviter de graves maladies génétiques)?

Un terrain glissant?

La création et l’usage d’embryons clonés nous rapprochent-ils de la création de bébés humains clonés?

Une étape à la fois?

Devrions-nous faire de la recherche sur les embryons clonés seulement après avoir entièrement étudié le potentiel de cellules souches prélevées sur des embryons de rechange issus de la FIV ou de tissus adultes?

Quelles sont les limites morales que la science devrait avoir?

Devrions-nous fixer des limites morales en science, ne permettant que la recherche sur les cellules souches ne provenant pas d’embryons? Bénéficierions-nous toujours de tous les avantages escomptés en matière de cellules
souches?

Les limites de la recherche en matière d’embryons et l’avortement

La limite des 14 jours concernant la recherche sur les embryons et la limite des 24 semaines concernant l’avortement sont-elles basées sur la science ou sur des différences morales ou bien sont-elles simplement des limites légales définies arbitrairement?

Limiter l’usage de la science

Une interdiction du clonage humain par les NU est proposée. La société devrait-elle chercher à limiter certaines applications scientifiques? Ou bien est-ce que cela sera toujours fait si cela peut être fait?

Qui devrait être impliqué?

Qui devrait être impliqué dans le développement de technologies et de thérapies basées sur des cellules souches - gouvernement, entreprises privées, institutions ou cartels?

Autres utilisations pour l’argent

Est-ce que les fonds attribués pour la recherche sur les cellules souches devraient être réalloués au budget d’aide étrangère pour accroître les services médicaux de base dans les pays pauvres?

Effets sur les pays en voie de développement

Est-ce que ces technologies feront une meilleure ou une moins bonne division globale entre les riches et les pauvres?

La recherche sur les cellules souches n’est pas seulement basée sur les embryons

Si le financement attribué à la recherche sur les cellules souches est supprimé, cela pourrait signifier un arrêt de la recherche sur les cellules souches adultes dans les transplantations de la moelle osseuse dans le cas de la leucémie.

Accroître les attentes

Sommes-nous déloyalement en train d’accroître les attentes de guérison de personnes souffrant de maladies dégénératives?

La recherche sur les embryons et la qualité de vie

Dans quelle mesure avons-nous de bonnes raisons de mener à bien des recherches controversées sur les embryons afin d’aider une population vieillissante à vivre plus longtemps? Et si la qualité de l’âge très avancé ne peut être améliorée?

Accepter que nous mourrons tous un jour

La recherche médicale
a-t-elle, en définitive, une limite? Y a-t-il un point où nous devons accepter notre mortalité et la réalité de la souffrance?

Une question de démocratie

Dans quelle mesure la politique concernant ces questions est-elle démocratique et dans quelle mesure devrait-elle l’être?

Le rôle de la société

Même en médecine, les chercheurs ne doivent pas seulement établir des règles adaptées à leurs objectifs. La société a le droit de donner son avis sur ce qui doit ou ne doit pas faire l’objet de recherches.

Quels financements ?

La recherche sur les cellules souches constitue un réel potentiel pour le traitement de pathologies graves. Mais à qui incomberait le financement de cette recherche ? Qui devrait financer ce processus coûteux consistant à créer des cellules souches spécifiques pour le patient et des cellules spécialisées pour le traitement des maladies ?

Quelles réglementations ?

Les cellules souches pluripotentes induites (iPS) permettraient potentiellement de créer par clonage de nombreux bébés à partir de cellules adultes. Quelles sont les réglementations à mettre en place afin d'encadrer les progrès et les applications de la recherche sur les cellules iPS ? Comment légiférer au regard des développements à venir ?

Cette législation incombe-t-elle au politique ?

Si la recherche est étroitement encadrée par la réglementation et la législation, la science est-elle susceptible de devenir un enjeu par trop politique ? Quelle est la place à laisser à des corps politiques non spécialistes ?

Qu’est-ce que les cellules souches?

Les cellules souches sont les cellules "originelles" du corps humain et peuvent soit se reproduire, soit produire d'autres types de cellules.

Cellules souches des embryons et des adultes

Dans l’embryon, les cellules souches se spécialisent lentement pour produire toutes les cellules du corps. Dans les tissus des adultes, les cellules souches assurent la régénération des cellules particulières du corps durant la vie de la personne.
Chez l’adulte, les cellules souches assurent la régénération de certaines cellules du corps.

D’où proviennent les cellules souches?

Les cellules souches humaines ont été prélevées sur :
• des embryons
• certains tissus d’adultes (par exemple, moelle osseuse)
• du sang de cordon ombilical
• Liquide amniotique

Stockage et utilisation de cellules souches

Les scientifiques sont à même d’isoler les cellules souches et de les conserver indéfiniment en laboratoire. Ils peuvent activer certaines cellules souches pour les transformer en d’autres types de cellules (par exemple, nerfs, peau).

Les avantages qu’offrent les cellules souches

Les cellules souches – ou cellules du corps humain, dérivées de ces dernières – pourraient ralentir, voire stopper certaines maladies dégénératives, réparer des tissus endommagés ou guérir des brûlures.

Qu’est-ce les maladies dégéneratives?

Les maladies dégénératives peuvent affecter toute personne, des enfants en bas âge aux personnes âgées. Il s’agit des maladies suivantes:
• Parkinson
• diabète
• fibrose kystique
• sclérose en plaques
• dystrophie musculaire
• leucémie
• hépatite
• ostéoporose

L’état actuel de la recherche

La recherche en est à ses débuts. Il se peut qu’un jour, les cellules souches conduisent à des traitements de remplacement cellulaire, mais on ne connaît pas l’efficacité que pourraient avoir ces derniers.

Prélèvement de cellules souches sur des embryons

Les cellules souches embryonnaires sont habituellement prélevées d’embryons créés par fécondation in vitro. Les cellules sont prélevées lorsque l’embryon a environ une semaine. Il présente environ 30 à 150 cellules indifférenciées et mesure 0,14 millimètres. L’embryon est ensuite détruit.

De quels embryons proviennent les cellules souches?

Les embryons utilisés dans la recherche sont, la plupart du temps, des embryons surnuméraires provenant de traitements cliniques, comme la FIV. Ils peuvent être parfois créés spécialement pour la recherche.

Embryons surnuméraires

Dans la FIV, des embryons sont surnuméraires lorsqu’un plus grand nombre d’embryons est créé qu’un couple ne souhaite implanter. Des centaines de milliers de ces embryons sont actuellement stockés en Europe, en attente de destruction.

Cellules souches d’adultes

On trouve les cellules souches dans les tissus adultes, comme la moelle osseuse et le cerveau. Elles sont peu nombreuses et souvent difficiles à obtenir.

Limites des cellules souches d’adultes

Les cellules souches adultes ne produisent généralement que les quelques types de cellules qui sont en rapport avec cette partie particulière du corps humain (par exemple, moelle osseuse produisant différents types de cellules sanguines, mais pas des cellules hépatiques).

Surmonter les limites actuelles des cellules souches d’adultes

Des études récentes semblent indiquer qu’il sera peut-être possible de transformer certaines cellules souches adultes en cellules non associées (par exemple, moelle osseuse en cellules nerveuses). La recherche n’en est qu’à ses balbutiements.

Cellules souches prélevées sur le sang placentaire du cordon ombilical

On trouve des cellules souches dans le sang de cordon ombilical à la naissance. Elles sont plus abondantes que les cellules adultes, plus faciles à obtenir et présentent peut-être moins de risques de rejet.

‘Mise en banque’ du sang du cordon ombilical

Si les cellules du sang de cordon ombilical pouvaient être transformées en d’autres types de cellules, le sang du cordon ombilical pourrait être congelé à la naissance et ‘mis en banque’ pour être ultérieurement disponible pour un traitement cellulaire.

La limite du 14ème jour

Au cours du développement humain, l’embryon s’implante dans l’utérus environ 7 jours après la fécondation, moment auquel commencent les premières étapes menant à la différenciation cellulaire. Les premiers stades du système nerveux apparaissent après 14 jours. Il s’agit là de la limite légale appliquée à la recherche sur les embryons.

Raisons expliquant la limite des 14 jours

Avant la limite des 14 jours pour la recherche, un embryon peut se diviser en deux et de nombreux embryons avortent naturellement.

Pays différents, réglementations différentes

Certains pays de l’UE n’autorisent pas la recherche sur les cellules souches d’embryons. Certains le permettent seulement avec des embryons surnuméraires, issus de la FIV. Le RU permet la production d’embryons pour la recherche sur les cellules souches, y compris la création d’embryons obtenus par clonage.

But et procédé de clonage

Au Royaume-Uni, la génération d'un bébé humain cloné est illégale (clonage reproducteur), mais il est légal de fabriquer un embryon humain cloné et de le faire se développer jusqu'à la limite du 14ème jour afin de générer des cellules souches (clonage thérapeutique). La différence réside dans le but, et non dans le procédé.

Embryons hybrides

Il est possible d'obtenir des embryons hybrides homme-animal en substituant de l'ADN humain au matériel génétique d'un œuf animal. Des chercheurs exerçant aux Royaume-Uni ont obtenu en 2008 l'autorisation de créer ce type d'embryons hybrides à des fins de recherche.

Prévention du rejet

Le clonage thérapeutique a pour but de mettre fin au rejet de cellules souches, comme les tissus étrangers, par l’organisme d’un patient, en prélevant des cellules sur un embryon cloné, créé à partir des propres cellules du patient.

Comment le clonage thérapeutique fonctionne-t-il?

En matière de clonage thérapeutique, des cellules seraient prélevées de l’organisme d’un patient et fusionnées avec un œuf humain, dont l’ADN a été enlevé, ce qui produit un embryon cloné du patient.

Avortement pour des raisons sociales ou médicales

En France, la 24ème semaine est la limite des avortements pour des raisons sociales. L’avortement pour des raisons médicales est légal jusqu’au terme (38ème - 40ème semaine).

Le clonage et les Nations Unies

En 2004, l’interdiction de clonage des Nations Unies a connu un échec. Tous les pays ont soutenu une interdiction du clonage reproductif, mais certains voulaient également interdire la recherche sur les embryons clonés que d’autres autorisent.

Développement du fœtus

Le fœtus développe sa structure cérébrale à la 10ème semaine. La limite de l’avortement pour des raisons sociales est la 24ème semaine lorsque le fœtus commence à réagir à la lumière, au son et aux sens. Cependant, la limite légale pour la recherche sur l’embryon est de 14 jours.

Prévention du rejet par la reprogrammation

Les scientifiques sont aujourd'hui en mesure de manipuler des cellules cutanées adultes afin de les ramener à l'état embryonnaire en laboratoire. Une technique beaucoup plus simple et efficace que le clonage.

La position principalement adoptée par la religion juive

Selon les commandements juifs, jusqu’à 40 jours suivant la fécondation, l’embryon n’est pas considéré comme une « vie humaine ». En conséquence, le prélèvement de cellules sur un embryon est parfaitement neutre du point de vue de la morale.

La position de l’église catholique

- Contre : la vie humaine débute au stade de la première cellule.
- Pour : conformément à l'approche du développement selon Saint Thomas d'Aquin : Dieu introduit l’âme humaine progressivement dans l’embryon : d’abord l’âme végétative, puis l’âme sensible, et enfin l'âme humaine.

La position des protestants

Elle couvre une large gamme de points de vue, d’une opposition totale à la recherche sur les cellules souches embryonnaires à une position en faveur du clonage thérapeutique.

La position des musulmans

Selon la loi musulmane, l’embryon ne reçoit pas d’âme avant le quatrième mois de la grossesse. Ainsi, selon le principal courant de la loi musulmane, la recherche sur les cellules souches embryonnaires est parfaitement neutre du point de vue de la morale.

Register to download vote results of this PlayDecide game.Register